Refusons de fermer les yeux sur le plagiat dans la recherche

Posté par admin

2013 : ce texte reste ouvert aux signatures et commentaires

Refusons de fermer les yeux sur le plagiat dans la recherche

[À quelques jours de la conclusion des Assises de l’Enseignement supérieur et de la Recherche], les universitaires et les chercheurs soussignés estiment de leur devoir de rappeler que l’université doit pouvoir garantir la légitimité des diplômes qu’elle délivre. En particulier, elle doit veiller à ce que le plagiat dans les mémoires, les thèses et les publications scientifiques ne puisse discréditer la qualité des formations proposées et de la recherche française.

À ce titre, les communautés universitaire et scientifique doivent agir de concert contre toutes les formes de plagiat. Elles doivent le faire non seulement par la prévention mais aussi au cas par cas par des sanctions adéquates contre les plagiats avérés. La responsabilité des universités ou des organismes de recherche doit pouvoir être engagée quand les plagiats, fraudes et tentatives de fraude attestés ne font pas l’objet de telles sanctions. L’obligation de leur sanction pèse sur tous les établissements d’enseignement supérieur et organismes de recherche.

Un certain nombre de cas analysés par notre collègue Jean-Noël Darde (Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 Saint-Denis) sur le blog Archéologie du Copier-coller font craindre que des manquements graves à la déontologie universitaire en matière de recherche et de délivrance des diplômes n’aient été commis dans son université, aussi bien par des doctorants que des enseignants-chercheurs, sans que les mesures qui s’imposaient aient été prises à ce jour. Une commission d’enquête offrant toutes les garanties d’impartialité devra vérifier l’authenticité des documents présentés sur ce blog, les articles qui y sont mis en ligne paraissant établir une situation particulièrement accablante.

L’Université Paris 8 n’est pas la seule concernée par le phénomène du plagiat, loin de là. De telles situations méritent une attention particulière, au risque de laisser se gangrener une partie de la recherche universitaire et scientifique. S’il se confirmait, dans cette université ou ailleurs, que des plagiats ont pu se produire, en connaissance de cause et au mépris de l’éthique universitaire, seul le prononcé de sanctions adaptées mettrait fin à ces pratiques intolérables qui nuisent au bon fonctionnement de la recherche, tant du point de vue de l’évaluation de ses acteurs que de la qualité scientifique des productions universitaires.

La sauvegarde de la liberté de la recherche et de la liberté académique dépend de la qualité des diplômes, des publications et des productions. Laisser ces dossiers en l’état ne pourrait qu’aggraver une situation qui tend à laisser penser que l’Université française, persistant dans l’ignorance de l’ampleur du phénomène du plagiat, a renoncé à défendre un niveau d’excellence indispensable pour tenir son rang aux niveaux européen et international.

* * *

Si vous adhérez à ce texte et souhaitez apporter votre signature, précisez votre adresse mail et vos qualités en bas de cette page, à la rubrique commentaire.

* * *

Des universitaires plagiés soutiennent tout particulièrement ce texte, mais les brèves notes à propos de ces plagiats, précédées d’un « * » et placées entre crochets, sont de la seule responsabilité de l’auteur et éditeur du blog Archéologie du copier-coller.

LES PREMIERS SIGNATAIRES

Association des sociologues enseignant.e.s du supérieur (ASES).[Créée en 1989, à l’initiative de Catherine Paradeise et Pierre Tripier, afin d’assurer “la défense et la promotion de la sociologie dans l’enseignement supérieur“, L’ASES est un forum de réflexion sur l’enseignement et la recherche en sociologie et en démographie. Elle suit également les recrutements universitaires et l’évolution des carrières dans ces disciplines. En 2001, elle a pris position dans la controverse liée à la thèse d’Elizabeth Teissier. En 2009, elle a protesté contre les auto-promotions au sein de la section 19 du CNU. Ses anciens présidents sont issus de la sociologie française : Catherine Paradeise, Pierre Tripier, Maryse Tripier, Bruno Péquignot, Philippe Cibois, Daniel Filâtre, Régine Bercot, Charles Gadéa et Frédéric Neyrat. (extrait de Qui sommes nous ?].

Salih AKIN. Maître de conférences en sciences du langage, Université de Rouen.

Alain ALCOUFFE. Professeur de sciences économiques, Université de Toulouse 1. Ancien membre élu (SGEN) au CNU (5e section).

Sémir AL WARDI. Maître de conférences (HDR) en science politique, Université de la Polynésie française.

Éléonore ANDRIEU. Maître de conférences en littérature médiévale, Université Bordeaux3.

Olivier AUBER, théoricien et expérimentateur des réseaux. Chercheur associé du groupe “Evolution, Complexity and Cognition” (ECCO) et du Global Brain Institute. Free University of Brussels (VUB). *[Plagié dans une thèse plagiaire à près de 100% (ici, une version intégrale coloriée), validée en 2012 par la Commission déontologie de l’Université Paris 8 (lire 400 pages de plagiats, 20,33 euros ! et La thèse-pur-plagiat écrite « sous le signe de l’excellence »)].

Isabelle AUBERT-BAUDRON. Traductrice, éditeur, écrivain *[a eu l’occasion de voir ses travaux plagiés par un universitaire].

Éditrice (Interzone Editions) et écrivain,

Nathalie AUSSENAC-GILLES. Directeur de recherche en Informatique à l’IRIT, Université de Toulouse.

Mickaël AUGERON. Maître de conférences, Université de La Rochelle, chercheur au Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA).

Vivien BADAUT. Post-doctorant.

Antoine BAILLY. Professeur émérite de géographie à l’Université de Genève. Prix Vautrin Lud 2011 (www.antoinebailly.com). *[A. Bailly a été plagié dans une thèse plagiaire à près de 100%, validée en 2012 par la Commission déontologie de l’Université Paris 8 (liens ci-dessus)].

Jean-Alix BARRAT. Professeur de géo-chimie, Université de Bretagne occidentale (Univ. de Brest).

Emmanuel BARTHE. Bibliothécaire documentaliste.

Yves BAUDELLE. Professeur de littérature française, Université Lille 3.

Charles BECKER. Chercheur retraité du CNRS, est membre du Centre d’études africaines [lire son commentaire].

Claudine BELAYCH. Consultante formatrice en bibliothèques. Elle a été présidente de l’Association des bibliothécaires de France.

Jean-Pierre BENOIT. Maître de conférences hc, linguistique et sciences de l’éducation (HDR), Université de Nantes.

Julien BERTHAUD. Praticien hospitalier, gériatre, diplômé du Département de recherche en éthique, université Paris-Sud.

Bénédicte BÉVIÈRE-BOYER. Maître de conférences HDR en droit privé à l’Université de Paris VIII – Paris Lumières.

François BLANCHARD. Directeur de recherche (retraité), mathématiques, CNRS.

Alain BLIECK. Directeur de recherche CNRS, Université Lille 1 (UMR 8217 : Géosystèmes – Equipe de paléontologie).

Didier BODEN. Maître de conférences à l’École de Droit de la Sorbonne, Université Paris1.

Jacques BODY. Professeur de littérature comparée et Président honoraire de l’Université François-Rabelais (TOURS) [lire son commentaire].

Jacques BOLO. Libraire, éditeur. *[son ouvrage, Philosophie contre intelligence artificielle (1996), a été largement plagié dans une thèse soutenue à Paris 8. Les alertes de J. Bolo auprès du Président Pascal Binczak, par courrier recommandé AR, ont été vaines (lire sur le blog de J. Bolo Un cas de plagiat universitaire analysé)].

Ondine BOMSEL-HELMREICH. Directrice de recherches   C.N.R.S (honoraire).

Rolande BORRELLY. Professeur de sciences économiques, Présidente de l’Institut des Sciences Mathématiques et Economiques Appliquées (ISMEA), Directrice de Économie appliquée.

Manouk BORZAKIAN. Post-doctorant (géographie, aménagement) à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), laboratoire Chôros.

Pascal BOULERIE.Ingénieur d’études SIG, Institut Géographique National. École Nationale des Sciences Géographiques (ENSG).

Salah BOUHLEL. Professeur des Sciences Géologiques, Faculté des Sciences de Tunis.

Lise BOURDEAU-LEPAGE. Professeur de géographie, Université Jean Moulin (Lyon3).

Monique BOUQUET. Maître de conférences de latin (HDR) à l’Université Rennes 2 [lire son commentaire].

Stefan BRATOSIN. Professeur, sciences de l’information et de la communication, Université Montpellier 3.

Leszek BROGOWSKI. Professeur d’esthétique, Université Rennes 2. Ancien directeur de l’EA 3208 Arts : Pratiques et Poétiques.

Alain BROSSAT. Professeur émérite de philosophie. Université Paris 8.

Baptiste BUOB. Chargé de recherche au sein du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (UMR 7186 – Université Paris Ouest Nanterre-La Défense/CoCNRS), membre de la section 38 du CNRS. *[B. Buob a vu sa thèse largement plagiée. Il a demandé qu’une action disciplinaire soit engagée par l’université où la thèse plagiaire a été soutenue].

Eve Anne BÜHLER. Maître de conférences en Géographie, Université Paris 8.

Laurence CAILLON. Maître de conférences, Université de la Polynésie française. Secrétaire de la section SNESUP 891.

Frédéric CALAS.Professeur de langue et littérature françaises Stylistique et Analyse du discours, Université Clermont-Ferrand 2. Directeur adjoint du Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS,  EA 1002).

Stefania CALIANDRO. Professeur de philosophie des arts et esthétique. Coordination de la recherche à l’École supérieure d’art des Pyrénées Pau-Tarbes.

Marie-Noël CAPOGNA DE LODDI. Maître de conférences de droit privé, Université de la Polynésie française.

Magaly CARAVANIER. Maître de  Conférences en Chimie, Université de Tours.

Carla CARVALHAIS. Gestionnaire du laboratoire Espaces, Nature et Culture (ENeC, UMR 8185).

Paulo DE CARVALHO. Professeur émérite de grammaire et linguistique latine, Université de Bordeaux 3 [lire son commentaire].

Patrick CHARLOT. Professeur de droit public, Directeur du centre de recherche en droit et science politique de l’Université de Bourgogne (credespo).

Jean-Pierre CASSARINO. Professeur au Centre Robert Schuman de l’Institut Universitaire Européen (EUI, Florence, Italie).

Vincent CATTOIR-JONVILLE. Professeur des Universités en droit public à l’Université Lille 2 [lire son commentaire].

Christine CÉZARD. Praticien hospitalier et Professeur associée à l’université Lille

Jean-Hugues CHAUCHAT. Professeur émérite, Université Lyon 2. Laboratoire ERIC,  “Entrepôts, Représentation et Ingénierie des Connaissances”.

Vincent CHAMBARLHAC. Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne. Membre du comité de rédaction de la revue Dissidences.

Jean CHAUMINE. Maître de conférences en Mathématiques, Université de la Polynésie française.

Claude CHAMPAUD. Professeur émérite de la Faculté de droit de Rennes. Président honoraire de l’Université Rennes 1, ancien 1er Vice-président de la Conférence des présidents d’Universités (CPU), Membre de l’Académie royale de Belgique. Blog http://champaudrennes.com [lire son commentaire].

Alain CHIREZ. Professeur agrégé des universités (Droit privé et sciences criminelles), Université de la Polynésie française [lire son commentaire].

Gilles CHOPARD-GUILLAUMOT. Directeur du Bureau de normalisation ferroviaire, Paris. * [Suite à une action civile engagée par Gilles Chopard-Guillaumot, défendu par Me Ch. Pascal, le chercheur qui encadrait sa thèse de doctorat a été condamné par jugement définitif (TGI de PARIS, 31 mars 1999). Le jugement a constaté une faute de parasitisme de la part de l’encadrant consistant en la reproduction servile de documents du doctorant, utilisés non pas comme source mais comme la matière même d’une des publications de l’encadrant].

Jean-Guy CINTAS. Professeur agrégé (retraité), Docteur, Chercheur associé à l’équipe CLARE (Cultures, Littératures, Arts, Représentations, Esthétiques, EA n° 4593, Université Bordeaux 3).

Blandine COLLENOT. Professeur de Sciences de la vie et de la Terre au Lycée de Langres, Haute-Marne [lire son commentaire].

Anne COMBARNOUS. Maître de Conférences en littérature et cinéma anglophones, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Étienne CORNEVIN. Chargé de cours au département Arts de l’Université Paris 8 [lire son commentaire].

Pierre-André CORNILLON. Maître de conférences, Statistiques, à l’Université Rennes 2.

Philippe COUDRAUD. Professeur à l’EFET (École supérieure d’architecture intérieure). Docteur en art contemporain (Paris X-Nanterre). *[P. Coudraud a vu sa thèse abondamment plagiée. Défendu par Maître C. de  Gourcuff, il a gagné son procès en contrefaçon contre le doctorant plagiaire. Cf. Thèse-plagiat « Liège-Nanterre-Liège» ].

Catherine CREMIEU-PETIT. Enseignante (retraitée) à l’Université Paris 5. Ancienne attachée parlementaire (Assemblée nationale, puis Sénat).

Jean-Pierre LE DANTEC. Ingénieur de l’Ecole Centrale, architecte et historien. Professeur émérite des ENS d’architecture. Ancien directeur (2001-2006) de l’ENS d’architecture de Paris-la-Villette.

Nadine DANTONEL-COR. Maître de conférences (HDR) en droit public à l’Université de Lorraine.

Régis DARQUES. Géographe, chargé de recherche au CNRS (UMR 5281 ART-Dev, Montpellier). Secrétaire scientifique de la revue Méditerranée [lire son commentaire].

Ségolène DARLY. Maître de conférences de géographie, Université Paris 8. Membre du  LADYSS (Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces; CNRS UMR 7533).

Eric DAVID. Juriste, Direction des Affaires Financières du Ministère de l’Education nationale.

Michael DAVIE. Professeur (Géographie), université François-Rabelais de Tours.

Patrick DE DEUS.Professeur d’Éducation physique et sportive (EPS) à Clichy -sous-Bois.

Bernard DEFRANCE. Professeur de philosophie (retraité) en lycée. Ancien membre du Comité de rédaction des Cahiers pédagogiques [lire son commentaire].

Alain DELAME. Professeur d’anglais à l’Ecole Centrale de Lille, chargé de cours à l’UFR des sciences historiques, politiques et artistiques de l’Université Charles de Gaulle – Lille 3.

Michel DELVILLE. Professeur ordinaire au département de Langues et littératures modernes de l’Université de Liège, ULg [lire son commentaire].

Bérengère DEPREZ. Écrivain belge, spécialiste de Marguerite Yourcenar *[c’est comme telle, que B. Deprez s’est trouvée plagiée par une universitaire française].

Sophie DESROSIERS. Maître de conférences, histoire et anthropologie du textile, EHESS.

Jean-Michel DEVÉSA. Maître de conférences (HDR), Littérature française et littérature en français XXe – XXIe siècles. Université Bordeaux 3.

Olivier DEVILLERS. Professeur de Latin, Université Bordeaux 3. Directeur d’Ausonius Edition.

Loïc DI STEFANO. Directeur délégué du Salon Littéraire.

Catherine DOUZOU. Professeur de littérature française, Université de Tours.

Didier DUGUEST. Maître de conférences à l’Institut d’Administration des Entreprises, un établissement d’enseignement supérieur de l’Université de Nantes [lire son commentaire].

Pierre DUBOIS. Professeur honoraire en sociologie, Université de Marne-La-Vallée. Auteur du blog Histoires d’universités.

Rodolphe DUMOUCH. Professeur agrégé en lycée dans les Ardennes et Docteur en géographie. Laboratoire de rattachement, EA 2468 : Dynamique des réseaux et des territoires (Université d’Artois).

Serge DUNIS. Professeur de langues et littératures anglaises, Université de la Polynésie française.

Louis DUPONT. Professeur des Universités, géographe, université Paris-4-Sorbonne, laboratoire ENeC.

Christine DUPOUY. Professeur de poésie moderne et contemporaine. Université de Tours .

Béatrice DURAND. Enseignante habilitée, Freie Universität Berlin, Département de Romanistique.

Pascal DURAND. Professeur ordinaire à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège (Belgique)[lire son commentaire].

Romain DUSSERRE. Professeur d’EPS au collège Belle de Mai, Marseille [lire son commentaire].

Boris EIZYKMAN. Maître de conférences d’esthétique, Université Picardie Jules-Verne (Amiens).

Delphine ESPAGNO. Maître de conférences en droit public, Sciences Po Toulouse.

Pierre EVESQUE. Directeur de recherche au CNRS, École centrale de Paris [lire son commentaire].

Alain FAREL. Architecte, enseigne à l’École nationale supérieure d’architecture (ENSA) Paris Val-de-Seine *[auteur d’Architecture et complexité, A. Farel a été plagié simplement dans une thèse plagiaire à près de 100% validée par le Commission déontologie de l’Université Paris 8].

André FAZI. Maître de conférences en science politique à l’Université de Corse.

Jean FICHOT. Maître de conférences de philosophie, UFR 10, Université Paris 1.

Jaafar GABER. Maître de Conférences en informatique, Université de technologie Belfort-Montbéliard.
.
Sébastien GAME. Responsable d’opération à L’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), enseigne aux Univ. de Clermont-Ferrand et Rennes 2.
.
Bertrand GAJEOT. Fonctionnaire affecté à l’Université Lumière (Lyon 2). Par ailleurs, en reprise d’études dans cette même Université [lire son commentaire].
.
Zoé GALLOS. Diplômée master de sociologie Paris-Sorbonne (Paris IV).

Olivier GANDRILLON. Directeur de recherche au CNRS, (HDR). Centre de génétique moléculaire et cellulaire, Université de Lyon 1.

François GARÇON. Maître de conférences (HDR), Art et Archéologie, Université Paris 1.

Anna GEPPERT. Professeur en Urbanisme et Aménagement de l’espace, Université Paris-Sorbonne (Paris 4), UMR 8185 ENeC [lire son commentaire].

Jean-Christophe GIMEL. Chargé de recherche au CNRS, Université du Maine [lire son commentaire].

Sandrine GIRAUD. Maître de Conférences (HDR), Université de Lyon 1. Centre de Génétique et de Physiologie  Moléculaire et Cellulaire.

Vincent GODARD. Professeur de géographie, Université Paris 8. Membre du Bureau du Conseil scientifique. Membre du  LADYSS (Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces; CNRS UMR 7533).

Geneviève GOETZ-GRADMONT. Chercheuse, retraitée, au CNRS (chimiste à l’Université de Strasbourg).

Thierry GOGUEL d’ALLONDANS. Maître de conférences associé à l’IUFM d’Alsace, éducateur spécialisé et anthropologue.

Éric GOJOSSO. Professeur à l’Université de Poitiers – Doyen honoraire de la Faculté de Droit et des Sciences sociales – Directeur de l’Ecole doctorale Droit et Science politique “Pierre Couvrat” (Universités de Poitiers, Angers, Limoges, Le Mans, La Rochelle).

José GOMEZ DE SOTO. Directeur de recherche émérite au CNRS, Rennes 1.

Caroline GUENDOUZ-BARBARAS. Agrégée de philosophie, psychologue clinicienne. *[Plagiée (un bloc de 15 pages !) dans une thèse plagiaire à près de 100% (ici, une version intégrale coloriée), validée en 2012 par  la Commission déontologie de l’Université Paris 8 (lire 400 pages de plagiats, 20,33 euros ! et La thèse-pur-plagiat écrite « sous le signe de l’excellence »)].

Caroline GUIBET LAFAYE. Chargée de recherche 1re classe (HDR) en philosophie et sociologie au C.N.R.S.

Thierry GOGUEL d’ALLONDANS. Maître de conférences associé à l’IUFM d’Alsace. Éducateur spécialisé et anthropologue [lire son commentaire].

Jeanne GOUNOD. Auteur, metteur en scène.

Odile HENRY. Professeur de sociologie, Département de science politique, Université Paris 8. Membre du laboratoire Théories du politique (LabTop, Paris 8). Membre associé du CESSP (Paris 1 Sorbonne et EHESS).

Marc HERSANT. Maître de conférences (HDR) en littérature, Université Lyon 3.

Denis HILTON. Professeur de psychologie sociale à l’université de Toulouse-II Le-Mirail.

Jean-Marc HOUPERT. Maître de conférences, Langue et littérature françaises, Université François-Rabelais (univ. de Tours).

Annick HOLLÉ. Maître de conférences de géographie, Université Paris 8. Membre du  LADYSS (Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces; CNRS UMR 7533).

JeanMarie HURIOT.Professeur émérite en économie, Université de Bourgogne. *[Plagié dans une thèse plagiaire à près de 100%, validée en 2012 par la Commission déontologie de l’Université Paris 8(400 pages de plagiats, 20,33 euros ! et La thèse-pur-plagiat écrite « sous le signe de l’excellence »)].

Christian JOST. Professeur de géographie et aménagement à l’Université de la Polynésie française. Directeur du Laboratoire Communication Information Médias EA 1484.

Bertrand JULIEN-LAFERRIÈRE. Ingénieur d’études. Laboratoire Espaces, Nature et Culture (ENeC, UMR 8185, CNRS-Paris IV).

Nicolas KADA. Professeur, faculté de droit de Grenoble. Co-directeur du Centre d’Etudes et de Recherche sur le Droit, l’Histoire et l’Administration Publique (CERDHAP).

Geneviève KOUBI. Professeur de Droit public, Université Paris 8. *[coordinatrice de la publication des Actes du Colloque Le plagiat de la Recherche scientifique – Lextenso-éditions, 2012. Blog DROIT cri-TIC ].

Marilena KOURNIATI. Architecte, historienne, ENS d’Architecture Paris Val-de-Seine. *[ En janvier 2011, la Revue d’architecture Criticat avait vivement pris à partie un architecte renommé, plagiaire de Marinela Kourniati dans la postface d’un ouvrage].

Isabelle KUSTOSZ. Ingénieure de recherche, Université de Lille 1, LEM Lille Économie & Management (UMR CNRS 8179).

Dimitri LABOURY. Maître de recherche du Fond de la Recherche scientifique (F.R.S.-FNRS, belge) à l’Université de Liège : Histoire de l’art et Archéologie de l’Égypte pharaonique.

Jean-Michel LACROIX. Ancien recteur, Président honoraire de la Sorbonne-Nouvelle – Paris 3 et professeur émérite de civilisation nord-américaine à Paris 3.

Frédéric LAMBERT. Professeur de Linguistique, Université Bordeaux 3. Directeur de CLLE-ERSSAB (antenne bordelaise de l’UMR 5263).

Dominique LARCHEY-WENDLING. Chargé de recherches au CNRS. Université Henri Poincaré, Nancy ; Laboratoire LORIA (lire son commentaire).

François LAROQUE. Professeur de littérature anglaise, Université Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle [lire son commentaire].

Anne-Marie LAVARDE. Ingénieur de Recherche CNRS (psychologie sociale). Membre du LADYSS, Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces; CNRS UMR 7533.

Françoise LAVOCAT. Professeur de littérature comparée, Université Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle.

Sylvie LARGEAUD-ORTEGA. Docteur en Langues, littérature et civilisation anglophones, Université de Polynésie Française.

Jean-Marc LEHU. Maître de conférences (HDR) en sciences de gestion, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, centre de recherche PRISM-Sorbonne EA 4101.

Stéphane LELAY. Sociologue du travail associé à l’Equipe psychodynamique du travail et de l’action (CRTD-CNAM).

Hervé LELOUREC. PRAG (Professseur agrégé) de mathématiques à la Faculté de Psychologie de l’Université de Nantes. Membre de la section disciplinaire. Secrétaire du SNESUP 44 [lire son commentaire].

Alain LELU. Professeur en sciences de l’information et de la communication, Université de Franche-Comté. Ancien enseignant-chercheur à Paris 8 et membre du laboratoire Paragraphe de 1992 à 1999.

Nathalie LEMARCHAND. Professeur de géographie, Université Paris 8. Membre du  LADYSS (Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces; CNRS UMR 7533).

Christian LE MOËNNE. Professeur en Sciences de l’information et de la communication, Université Rennes 2.

Georges LE PALEC. Professeur  – Mécanique, Energétique –, Université d’Aix-Marseille.

Françoise LEVAILLANT. Directrice de recherche honoraire au CNRS en histoire de l’art contemporain [lire son commentaire].

Jean-Marc LEPERS.Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication au département Hypermedia de l’Université Paris 8 (retraité). Ancien membre du Laboratoire Paragraphe [lire son commentaire].

Jacques LONCHAMP.Professeur d’informatique, Université de Lorraine.

Gilbert LONGHI. Ancien proviseur. Chercheur en Sciences de l’éducation à l’Université Paris 10. Président de l’Observatoire déontologique de l’enseignement.

Annick LOUIS. Maître de conférences (HDR), Université de Reims. Membre statutaire du CRAL (CNRS-EHESS), membre de l’équipe pédagogique de l’EHESS.

Clotilde LUQUIAU. Agrégée de Géographie, doctorante Centre Asie du Sud-Est / Paris Ouest Nanterre.

Keitapu MAAMAATUAIAUTAPU. Maître de conférences d’océanographie, Université de la Polynésie française.

Michel MAINGUENAUD. Professeur en informatique à l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA-Rouen).

Hervé MAISONNEUVE. Professeur associé de santé publique, Université Claude Bernard Lyon1. Auteur du blog http://www.redactionmedicale.fr , [lire son commentaire].

Nicole MATHIEU. Directeur de recherche émérite au CNRS (géographe, laboratoire LADYSS, Université Panthéon-Sorbonne – Paris 1).

Laurent MATTIUSSI. Professeur de littérature générale et comparée à l’Université Jean Moulin (Lyon 3).

Éric MATZNER-LØBER. Professeur, Université Rennes 2. Centre de recherche en Statistique.

Agnès MAUNOURY. Enseignante en informatique à l’Université Rennes 2.

Hélène MAUREL-INDART. Professeur de Littérature Française, Université de Tours. Membre du Conseil scientifique et membre suppléant élu du CNU (9e section). *[blog www.leplagiat.net. Auteur de Du plagiat – Folio, Gallimard, 2012.  À paraître en janvier 2013 aux Éditions Léo Scheer : Petite enquête sur le plagiaire sans scrupules].

Arnaud MERCIER. Professeur en sciences de l’information et de la communication, Université de Lorrraine. Centre de recherche sur les médiations (EA 3476). Membre élu de la 71e section du Conseil national des universités (SIC).

Jean-Pierre MICAËLLI. Maître de conférences en Sciences de Gestion, INSA de Lyon.

Olivier MILHAUD. Géographe, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), UMR 8185 ENeC.

Jérôme MONNET. Professeur d’aménagement et d’urbanisme, Université de Paris-Est Marne-la-vallée.

Pascal MONTAUBIN. Maître de conférences en Histoire médiévale, Université de Picardie-Jules Verne (Amiens).

Hubert MONTAGNER. Professeur des Universités en retraite, ancien Directeur de Recherche à l’INSERM, ancien Directeur de l’unité “Enfance inadaptée” de l’INSERM [lire son commentaire].

Françoise MORVAN. Docteur d’État, écrivain et traductrice. *[Procédure pour contrefaçon en cours. Une procédure gagnée pour plagiat de traduction au théâtre »; lire Traduction théâtrale et plagiat].

Caroline MOUMANEIX. ATER en géographie, Université Paris 8. Membre du Laboratoire TVES (Territoires Villes Environnement & Société) de Lille 1.

Dominique MULLER. Professeur de Psychologie Sociale, Université Pierre Mendes France et Institut Universitaire de France, membre de la section 16 du  CNU (Psychologie).

Frédéric NEYRAT. Maître de conférences en sociologie, Université de Limoges.
.
Florent PASQUIER. Maître de conférences de Sciences de l’éducation à l’Université Paris 4 – Paris-Sorbonne. Élu au conseil d’école de l’IUFM. Ancien membre de la 70e section du CNU.
.
Danièle PAULY. Historienne, professeure des E.N.S. d’Architecture, chercheur au L.H.A.C (École nationale supérieure d’architecture de Nancy).
.
Bernard PELEAU. Documentaliste, docteur en littérature générale et comparée
.
Fabrice PELESTOR. Ingénieur en génie atomique INSTN Saclay, ingénieur mécanicien énergéticien de l’ENSIMEV, membre du bureau fédéral de la fédération ministérielle de la CFTC/DEFENSE du personnel du ministère de la défense. *[F. Pelestor a vu ses écrits sur le couplage chimique-hydrodynamique appliqué à la détonique largement recopiés par un laboratoire universitaire pour la rédaction d’un projet sur la sécurisation de la Rade de Toulon et de sa Flotte. Il prépare une plainte en justice].
.
Jean-Luc PENSEL.  Maître de Conférences (HC) en sciences de gestion à Institut d’Administration des Entreprises (IAE) de l’Université de Toulon.
.
Bruno PEQUIGNOT. Professeur, sociologie, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

Andréas PFERSMANN. Maître de conférences HDR de littérature générale et comparée, Université de la Polynésie française. Membre titulaire élu du CNU (10e section). Secrétaire adjoint du SNESUP-PF.

Jean-Pierre POISSON. Professeur Emérite des Universités en Biochimie, Université de Bourgogne, Dijon [lire son commentaire].

Sylvain PIRON. Maître de conférences (HDR) en histoire médiévale à l’EHESS.

Marie-Domitile PORCHERON. Maître de conférences en Histoire de l’art moderne et contemporain, Université Picardie Jules-Verne. Ancienne secrétaire de la section 324 du SNESUP à l’UPJV.

Béatrice PUDELKO. Professeure en technologie éducative, à la Télé-université de l’Université du Québec à Montréal. Détentrice d’un Ph.D. en psychologie des processus cognitifs de l’Université Paris 8.

Alain QUEMIN. Professeur de Sociologie, Université Paris 8. Membre du Conseil scientifique de Paris 8, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.

Martin QUINSON. Maître de conférences en informatique au LORIA (Université de Lorraine).

François RECANATI. Directeur de recherche au CNRS (Philosophie du langage).

Jean-Luc RICHARD. Maître de conférences (démographie et sociologie politique) à l’Université de Rennes 1 [lire son commentaire].

Raymond RICHARD. CNRS. Directeur du Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces : UMR 7533, LADYSS (CNRS, Paris 1, Paris 10).

Paul-Louis RINUY. Professeur au Département Arts Plastiques, Université Paris 8. Membre du Conseil scientifique, Directeur de la Revue de l’Art.

Laurent ROBERT. Docteur en langues et lettres. Maître assistant (Haute École en Hainaut, Mons, Belgique).

Jean-François ROBIC. artiste, Professeur d’Arts plastiques, Université Picardie Jules-Verne (Amiens).

Anne ROTH CONGÈS. Chargée de recherche (retraitée). Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence.

Jean-Michel RODDAZ. Professeur d’Histoire ancienne, Université Bordeaux 3.

Michel ROLLET. Maître de conférences en géologie (HDR), retraité. Université de Franche-Comté. *[Directeur de la thèse d’Abdelali Fares, soutenue en 1994 à l’Université de Franche-Comté, Michel Rollet l’a appuyé dans sa demande à Paris 12 de reconnaître les plagiats dont il a été victime par l’auteur d’une thèse soutenue en 2008 dans cette même université. L’expert de Paris 12 a admis un plagiat “certain” mais “pas critique” – le plagiaire a dû rendre une version corrigée de sa thèse déjà validée. Mais cet expert s’est refusé, par principe, à prendre en compte les éléments “subjectifs” comme “par exemple, des similarités dans les procédés, des raisonnements, les analyses“. Cette expertise fera prochainement l’objet d’une… expertise sur ce blog.

Henri SABATIER. Maître de conférences (Sciences de la Terre), Université Paris VI [lire son commentaire].

Pierre SADOULET. Maître de conférences (HDR), Arts plastiques, Université Jean-Monnet (Saint-Étienne).

Ricardo SAEZ. Professeur émérite, Université Rennes 2. Ancien président de la Commission Éthique et plagiat de l’université Rennes 2. Membre de l’équipe de recherche CELLAM (Centre d’Études des Littératures et Langues anciennes et modernes). Ancien membre de la Casa de Velazquez.

Marina SALLES. Chercheur(e) associé(e) au Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CHRIA), laboratoire des  universités de La Rochelle et de Nantes.

Judith SARFATI LANTER. Agrégée de Lettres. Docteure en littérature générale et comparée de l’Université Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle.

Pierre-Yves SAUNIER. Chargé de recherche au CNRS, UMR IRICE (Identités, relations internationales et civilisations de l’Europe).

Bruno SAURA. Université de la Polynésie française, directeur du laboratoire Sociétés Traditionnelles et Contemporaines en Océanie (EA 4241 Eastco ).

Nicolas SEMBEL. Maître de conférences, sociologie, IUFM Bordeaux 4. Centre Émile Durkheim, Université Bordeaux 2.

Jacques SÉNÉCHAL. Maîtres de conférences de géographie, Université Paris 8.

Laurent SIMON. Professeur de géographie, Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne.

Yves SINTOMER. Membre de l’Institut Universitaire de France. Professeur de science politique, chercheur au CSU-CRESPPA (CNRS/Université de Paris 8). Chercheur associé, Centre Marc Bloch (Berlin) et Institut de sociologie de l’Université de Neuchâtel

Robert SMADJA. Professeur émérite de littérature comparée, Université d’Orléans.

Makis SOLOMOS. Professeur de musicologie, Université Paris 8, E.A. Eshétique, musicologie, danse et création musicale. Membre du conseil scientifique de Paris 8, membre suppléant élu du CNU (section 18), membre honoraire de l’Institut universitaire de France.

Elisabeth G. SLEDZIEWSKI. Maître de conférences de science politique (HDR), qualifiée aux fonctions de professeur, Université de Strasbourg (IEP). Membre du département de recherche en éthique de l’Université Paris Sud (EA 1610 / Espace éthique APHP); intervenante au colloque “Le plagiat de la recherche scientifique” (Paris, octobre 2011).

Rajaa STITOU. Maître de conférences (HDR) en psychopathologie clinique à l’Université Paul Valéry (Montpellier 3).

Pierre-André TAGUIEFF. Directeur de recherche au CNRS, Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF).

Annie THEBAUD MONY. Directeur de recherche honoraire à l’INSERM [lire son commentaire].

Yves THÉPAUT. Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication (retraité), Université Rennes 2. Essayiste (contribution aux assises).

Stéphane THIERS. Chercheur en énergétique au sein du laboratoire RAPSODEE (CNRS UMR 5302), École des mines d’Albi. *[Suite à quelques plagiats à son détriment, S. Thiers a facilement obtenu des excuses et la publication de correctifs concernant l’article et la thèse incriminés produits au sein d’une université suédoise].

TOLÉDO. Maîtres de conférences en sciences économiques (HDR), Université Paris 8. Membre du LED (Laboratoire d’Economie Dionysien).

Francis TOLLIS. Professeur émérite en sciences du langage, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Sylvie TORCOL. Maître de conférences de Droit public (HDR), Université de Toulon. Membre du bureau (assesseur) de la 2e section du CNU. *[S. Torcol a vu sa thèse gravement plagiée par le Doyen d’une faculté francophone. Elle prépare un dépôt de plainte pour contrefaçon].

Giusto TRAINA. Professeur d’Histoire romaine à l’Université Paris-Sorbonne.

Bernard VALENTINI. Maître de conférences au Pôle Métiers du livre de St Cloud, Université de Paris 10. Expert auprès de la Commission National d’Expertise Licences Professionnelles CNE-LP. Ancien membre du CNESER disciplinaire, membre du secrétariat national SGEN-CFDT.

Brigitte VAN VLIET-LANOË. Directeur de Recherche au CNRS. Laboratoire Domaines océaniques, Université de Brest [lire son commentaire].

Gérard VERROUST. Ingénieur principal honoraire (C.N.R.S). Ancien enseignant à l’Université Paris 8 (Département Hypermedia).

Bénédicte VIDAILLET. Maître de conférences, Université de Lille 1. Membre du conseil de laboratoire du LEM (Lille Économie et Management – UMR CNRS 8179).

Eliane VIENNOT. Professeure de littérature française de la Renaissance à l’Université Jean Monnet (Saint-Etienne), membre de l’Institut universitaire de France.

Debora WEBER-WULFF. Professeur en media et informatique à l’Hochschule für Technick und Wirtschaft TW Berlin *[site : copy-shake-paste].

Alexandre ZOLLINGER. Maître de conférences en droit privé, Université de Poitiers. *[ À la suite d’une plainte déposée par A. Zollinger le plagiaire a été condamné en première instance (TGI de Lille, mai 2011) puis plus sévèrement par la Cour d’Appel de Douai (juillet 2012).  Voir Université Lille 2 : une thèse-plagiat sur… le droit d’auteuret, ci-dessous, le vif commentaire de son avocat, Me David Lefranc].

* * *

Échos sur ce texte dans :

– Jean-Michel Devésa (univ. Bordeaux 3) : Humeurs et éclats.

– Geneviève Koubi ( univ. Paris 8 ) : Blog Droit cri-TICAu chevet de l’enseignement supérieur et de la recherche. Contributions assises sans “plagiat” ?.

–  Hervé Maisonneuve (univ. Lyon 1) : rédaction médicale et scientifique.

– Nicolas Gary  (ActuaLITTÉ, www.actualitte.com) : (Plagiat dans la recherche : une pétition “refuse de fermer les yeux”).

– Loys Bonod (La vie moderne) : Recherche plagiée ou recherche du plagiat.

– Baptiste Coulmont ( univ. Paris 8 ) : Refuser le plagiat.

– Quentin Blanc (Le Figaro-étudiant) : Université : une pétition pour arrêter de «fermer les yeux» sur le plagiat.

– Olivier Hertel (Sciences et Avenir) : Éthique et tics du plagiat !

Pierre Dubois (Blog Histoire d’universités) : Sanctionner les plagiats avérés

– Paulo de Carvalho (http://virillustris.blog.lemonde.fr) Halte au plagiat dans les travaux universitaires

Aurélie Laroche(JIM.fr, Journal International de médecine) Il faut couper l’herbe sous le pied de ceux qui font du copier/coller

– Hélène Maurel-Indart (Le Salon littéraire) Un appel à la vigilance contre les plagiats à l’université (repris sur plagiat.net, le site d’H. Maurel-Indart).

– Michelle Bergadaa (responsable.unige.ch) Lettre 48, Les thèses de complaisance

Debora Weber-Wulff (site : copy-shake-paste ) French Academics Circulate Petition

Assises de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Mise en ligne comme contribution de Refusons de fermer les yeux sur le plagiat dans la recherche

* * *

Subscribe to Commentaires

66 réponses to “Refusons de fermer les yeux sur le plagiat dans la recherche”

  1. Alain CHIREZ est Professeur agrégé des universités (Droit privé et sciences criminelles), à l’Université de la Polynésie française.

    Bien entendu, je signe des deux mains cette pétition.
    Il y a un vide juridique amplifié par une grande indifférence.
    Les tribunaux sont relativement éloignés de ce type de problème. Le droit serait beaucoup plus cohérent s’il existait un texte législatif précis avec des sanctions. Le no mans land juridique relatif au plagiat des travaux de recherche permet le développement impuni de ce qui est une forme de délinquance tranquille qui peut faire très mal.
    Alain Chirez

     

    Alain CHIREZ

  2. Jean-Luc RICHARD est maître de conférences (démographie et sociologie politique) à l’Université de Rennes 1

    Je soutiens naturellement cette pétition.
    La lutte contre le plagiat exige des moyens pour nos universités.
    Jean-Luc Richard

     

    Jean-Luc RICHARD

  3. Régis DARQUES est géographe, chargé de recherche au CNRS (UMR 5281 ART-Dev, Montpellier). Il est Secrétaire scientifique de la revue Méditerranée (Université de Provence).

    Il faut également mentionner l’existence d’une pratique collatérale répandue: l’auto-plagiat. Entendez par là la reprise pratiquement à l’identique de propos tenus par un auteur dans des publications antérieures par ce même auteur.
    Sur le plan juridique, l’acte peut être tout aussi répréhensible que le plagiat standard, notamment lorsque des contrats ont été signés qui incluent une cession de droits.
    Mais l’essentiel n’est peut-être pas là.
    L”auto-plagiat est dévastateur sur le plan éditorial. Les ouvrages et revues ne sont plus lus, tout simplement. Aucun lecteur ne trouve intérêt à acheter et à lire des écrits déjà diffusés plusieurs fois… à quelques nuances près.
    Bien sûr, la machine à évaluer la recherche ne voit là aucun inconvénient, au contraire !
    Régis Darques

     

    Régis DARQUES

  4. Jeanne GOUNOD est auteur, metteur en scène.

    Comment faire pour mieux protéger la propriété intellectuelle en France ?
    Merci pour leur initiative aux créateurs de archeologie-copier-coller.com
    J. Gounod

     

    Jeanne GOUNOD

  5. Romain DUSSERRE est professeur d’EPS au collège Belle de Mai, Marseille.
    Signataire parce que votre démarche va dans le sens de la réaffirmation et de la défense de l’honnêteté intellectuelle en tant que règle déontologique non négociable.
    R. Dusserre

     

    Romain DUSSERRE

  6. Blandine COLLENOT est professeur de Sciences de la vie et de la Terre au Lycée de Langres (Haute-Marne).

    J’adhère à 100% à cette démarche. Je trouve cette impunité scandaleuse.
    Il est difficile de dire aux élèves de collège ou de lycée qu’ils n’ont pas le droit de faire de copier-coller quand leurs aînés peuvent se vanter d’avoir obtenu un examen ou un poste prestigieux grâce à un plagiat.
    Qui plus est avec des plagiats le plus souvent éhontés, que même un enfant de primaire pourrait détecter ! Difficile alors de faire confiance à ces personnes dont l’intégrité est alors fortement remise en doute…
    Blandine Collenot

     

    Blandine COLLENOT

  7. Jean-Luc PENSEL est Maître de Conférences (HC) en sciences de gestion à Institut d’Administration des Entreprises (IAE) de l’Université de Toulon.

    Au delà de l’aspect éthique affligeant, le plagiat constitue une forme de suicide intellectuel pour l’Université et la recherche francophone.
    Si les technologies d’information facilitent le plagiat, elles peuvent en constituer l’antidote. Il suffirait que tous les documents académiques : thèses, mémoires de masters a minima, soient (pour être validés) obligatoirement et systématiquement centralisés et stockés numériquement sur un même site (ou virtuellement accessibles, ce qui revient au même) en plein texte.
    Un moteur de recherche permettrait d’identifier immédiatement les parties copiées. De plus, cette base de données permettrait de s’assurer de l’originalité du sujet proposé à l’étudiant… y compris pour un mémoire de master… sans parler de l’intérêt d’un accès direct à ces travaux.
    Jean-Luc Pensel

     

    Jean-Luc PENSEL

  8. Patrick DE DEUS est professeur d’Éducation physique et sportive (EPS) à Clichy sous bois.
    Je vous soutiens dans votre démarche. Continuez car beaucoup d’étudiants obtiennent leurs diplômes en plagiant et certains d’entre eux n’hésitent pas obtenir des postes universitaires par ce biais.
    P. De Deus

     

    Patrick DE DEUS

  9. Loïc DI STEFANO est Directeur délégué du Salon Littéraire
    Je vous soutiens dans votre démarche. Ancien étudiant en DEA de littérature, puis en thèse, j’ai trop souvent croisé mes condisciples à la Bibliothèque Sainte-Geneviève qui faisaient du pillage.
    L. Di Stefano

     

    Loïc DI STEFANO

  10. Giusto TRAINA est Professeur d’Histoire romaine à l’Université Paris-Sorbonne.
    J’exprime haut et fort mon soutien.
    G. Traina

     

    Giusto TRAINA

  11. Emmanuel BARTHE est bibliothécaire documentaliste. Il anime un blog (veille en droit).

    Je soutiens votre démarche. C’est la qualité de la recherche française qui est en jeu, dans une époque de concurrence internationale entre Universités…
    La démarche proposée supra par J.L. Pensel me semble très intéressante.
    Emmanuel Barthe

     

    Emmanuel BARTHE

  12. Dominique Larchey-Wendling est chargé de recherches au CNRS (Université Henri Poincaré, Nancy; Laboratoire LORIA

    Je soutiens complètement votre démarche. Le plagiat est une forme de fraude. Il faut la combattre sinon elle se généralisera de la même manière que le dopage dans le sport.
    D. Larchey-Wending

     

    Dominique Larchey-Wendling

  13. Denis HILTON est Professeur de psychologie sociale à l’université de Toulouse-II Le-Mirail.

    Bravo pour cette initiative concernant le plagiat.
    En parallèle, il y aussi le problème de la fraude scientifique à traiter. Là aussi, malheureusement, il faut constater la difficulté d’amener les responsables universitaires à réagir.
    Par exemple, cela fait déjà presque deux ans que j’attends une réponse de la direction de mon laboratoire à ma demande de se positionner sur les chapitres pertinents dans le code de l’American Psychological Association (APA,
    Ethical Principles of Psychologists and Code of Conduct).
    Denis Hilton

     

    Denis HILTON

  14. Je veux manifester mon soutien à ce questionnement face aux plagiats. Ce sont des impostures.
    Merci !

    Claudia ZAPATA-RAMOS, Psychologue-clinicienne, doctorant à l’Université de Toulouse Mirail.

     

    Claudia ZAPATA-RAMOS

  15. Docteur en Médecine, ancien interne, Agrégé de l’Enseignement Supérieur en Biochimie à l’Université Libre de Bruxelles, Maître de Conférences des Universités – Praticien Hospitalier Hors Classe en Biologie Cellulaire à l’UFR de Médecine, Université Grenoble I et CHU.

    Le plagiat est malheureusement devenu monnaie courante pour nombre de chercheurs et d’enseignants. Du fait de son impunité, il fait tache d’huile auprès des étudiants qui s’étonnent d’être sanctionné lorsqu’ils le pratiquent dans leurs mémoires…
    Il me semble que la seule solution serait d’obliger tous les universitaires et chercheurs à signer une charte dans laquelle ils s’engagent à ne jamais pratiquer mais également à dénoncer et sanctionner toute forme de plagiat. Idem pour la fraude devenue la aussi courante du fait de la pression pour publier. Qui ne connait des collègues qui ont publié sur la foi d’expériences jamais répétées ou de données expurgées des “points discordants”…

    Je suis favorable à la proposition de J-L Pensel et à l’adoption de logiciels existant permettant de détecter les copiés- collés pour vérifier tous les mémoires et thèses avant leur soutenance.
    Serge BOTTARI

    JND : Oui à la charte et à l’obligation de faire connaître les plagiats. Mais il ne faut pas mettre l’usage des logiciels au centre d’une politique contre le plagiat universitaire. Ce sont des outils très utiles, mais aux résultats parfois pertinents et souvent trompeurs.
    Les bons plagiaires plagient de manière à contourner les logiciels anti-plagiat

     

    Serge BOTTARI

  16. Le plagiat n’est ni plus ni moins que de la malhonnêteté… comme la fraude fiscale ou le dopage avec lesquels il partage si souvent l’actualité. A sa façon, il met à mal la démocratie en instaurant la fameuse idée du “tous pourris”.
    Je vous soutiens donc sans hésitation et vous félicite pour la qualité de votre travail.
    Pierre-Michel Bertrand, docteur en histoire de l’art. Université de Paris I.

    JND : J’espère bien que le retentissement de cette affaire facilitera une rapide prise en compte de cas bien plus anciens qui touchent la communauté universitaire, notamment mon université, Paris 8. Cas qui sont présentés dans le détail sur ce blog.

     

    Pierre-Michel BERTRAND