PARIS 8, PROCÈS ET PLAGIATS

Posté par Jean-Noël Darde

Lire aussi l’article de MEDIAPART (29/11/2011) : Une décision de justice attendue sur le plagiat universitaire. Un article instructif de Lucie Delaporte sur le traitement du plagiat par les instances de l’Université Paris 8 et nos démêlées avec Khaldoun Zreik, le plaignant, et Pascal Binczak, Président de Paris 8, qui le soutient.

.

.

.

.

* * *

(Dernière modification : le 9 février 2012)

Par assignation en référé d’heure à heure délivrée le 26 octobre 2011 à notre encontre, le Professeur Khaldoun ZREIK s’est plaint qu’il aurait été affirmé sur ce blog Archéologie du copier-coller qu’il pourrait être aveugle au plagiat, tolérant au plagiat ou même plagiaire. Il se plaignait aussi d’un préjudice du fait qu’il n’a pas été élu à la 71e section du CNU, un échec dont il rendait le blog Archéologie du copier-coller responsable.

Le Président du Tribunal de Grande Instance de Paris, après avoir constaté que :

« les propos litigieux ne sont, pour la plupart d’entre eux, ni datés de façon précise, ni mentionnés par des guillemets de sorte que le demandeur reproduit parfois en italique tant les propos tirés du blog litigieux que ses propres commentaires et que les références aux articles poursuivis sont imprécises en mêlant à ses propos, ceux du défendeur qui sont en l’espèces disséminés »,

a considéré par ordonnance rendue le 28 novembre 2011, qu’ « il n’ [était] pas possible au juge des référés de faire droit aux demandes formées par Khaldoun ZREIK au regard de l’assignation en date du 26 octobre 2011 qui sera déclarée nulle en application de l’article 53 de la loi du 29 juillet 1881 » sur la liberté de la presse. L’ordonnance a en effet rappelé que ces formalités qui exigent que le demandeur précise clairement les propos qu’il entend poursuivre, «sont substantielles aux droits de la défense et leur inobservation entraîne la nullité de la citation elle-même ».

*

Dans le cadre de la procédure qu’il avait engagé contre nous, et comme gage de ses compétences, notre collègue avait présenté au Tribunal le « CV électronique du Professeur ZREIK » (pièce produite n° 1/21). Il s’agit d’un extrait de son CV qui était déjà en ligne, plus précisément la rubrique « recherche », la partie la plus valorisante pour un enseignant-chercheur.

Ce CV communiqué de sa propre initiative par Khaldoun ZREIK au Président du Tribunal de Grande Instance de Paris fait notamment état de trois articles, ci-dessus surlignés en jaune, dont il est co-auteur avec Majed SANAN et Mahmoud RAMMAL :

- M. Sanan, M. Ramal, K. Zreik. « Arabic documents classification using N-gram » in IEEE-ICHSL’6, 6th International Conference on Human System Learning. LAAS, CNRS -Toulouse, France 14-16 mai, 2008. Europia Pub.

- M. Sanan, M. Rammal, K. Zreik , 2008. « Arabic supervised learning method using N-gram » in Interactive Technology and Smart Education – Vol. 5 N°. 3, 2008 Emerald Group Publishing Limited, ISSN 1741-5659; pp 157-169

- M. Sanan, M. Ramal, K. Zreik. « Arabic “KeyWord Matching” search engine limitations » In IEEE-ICTTA : International IEEE Conference on Information & Communication Technologies. Damascus- Syria, April 7-11, 2008. Editions IEEE

Ces trois articles, font partie de la série de six que Khaldoun Zreik évoquait dans une interview publiée le 3 novembre 2011 par l’Agence AEF. Khaldoun Zreik répond ici à une question qui ne fait état que d’ »auto-plagiat », mais il s’agit bien de plagiats, qui deviennent aussi des auto-plagiats  quand Zreik et ses co-auteurs les répètent à l’envi dans une batterie d’articles aux titres distinctifs :

Ce sont des articles en informatique que j’ai cosignés avec cet étudiant, pour la plupart avant sa soutenance de thèse. Quant aux accusations d’autoplagiat d’un article à l’autre, cela n’a pas de sens. Nous abordons dans chaque article une partie différente (la méthode, l’indexation, les résultats…). Mais nous ne pouvons pas présenter le modèle ni le contexte, ni l’environnement (le système) de manière différente à chaque fois !

Sous les signes du CNRS et de la prestigieuse association scientifique internationale IEEE, ces trois articles font en effet assez bonne figure dans un CV. Dans leurs versions coloriées, ils offrent cependant un aspect assez déroutant. Chaque partie coloriée de chacun de ces articles correspond en effet à une partie similaire d’un texte publié antérieurement. Simples « copier-coller » dans la plupart des cas, plagiats serviles dans quelques autres, on reste toujours dans le plagiat le plus grossier (ces 3 articles cités par Khaldoun ZREIK devant la 17e chambre correctionnelle, et quelques autres, ont disparu du CV en ligne de Khaldoun ZREIK quelques jours après l’audience du 7 novembre).

Comme l’a encore souligné K. ZREIK (interview à l’AEF, 3/11/2011), le premier co-auteur, Majed SANAN « était brillant. Cela faisait quinze ans qu’il était évalué dans notre milieu comme l’un des meilleurs ». K. ZREIK lui même a un brillant CV. Il appartient notamment au Laboratoire Paragraphe, classé « A » par l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur), fait partie du Conseil de l’École doctorale Cognition, Langage et Interaction. K. ZREIK a aussi été un des pilotes du projet LABEX ARTS-H2H de l’Université Paris 8 et a aussi été associé au LABEX PATRIMA mené par les universités de Cergy-Pontoise et de Versailles Saint-Quentin. Ajoutons encore que Pascal BINCZAK, Professeur de Droit et Président de l’Université Paris 8, a renouvelé son « entière confiance » au plagiaire dans une interview publiée par l’AEF le 7 novembre.

Le mystère de cette affaire n’est donc pas tant l’activité de quelques plagiaires, mais bien l’aveuglement du « milieu » auquel se réfère Khaldoun ZREIK. D’autant plus que ces mêmes plagiats coloriés ci-dessous ont déjà, dés le printemps 2010, fait l’objet d’études détaillées dans de précédents articles mis en ligne sur ce blog (Autopsie d’une thèse-plagiat et Plagiats : la bibliographie-alibi ou la stratégie de la lettre volée). C’est bien cet aveuglement volontaire du « milieu » qui peut donner aux plagiaires un sentiment d’impunité totale. K. ZREIK a cru que si l’Université Paris 8, son président et ses instances,  la 71e section du CNU, l’AERES et la commission de sélection des LABEX n’y voyaient que du feu, cela pouvait continuer.

*

ARABIC DOCUMENTS CLASSIFICATION USING N-GRAM

Majed SANAN (Paris 8 university)

Mahmoud RAMMAL (Lebanese university)

Khaldoun ZREIK (Paris 8 university)

.

Les ICHSL (voir ce lien, International Conferences on Human System Learning) sont une création ZREIK-EUROPIA. Les actes en sont publiés, toujours à EUROPIA productions, sous la direction éditoriale de Khaldoun ZREIK. Notre collègue a donc bien dirigé la manœuvre — co-rédaction, sélection de la communication, communication, suivi éditorial — tout au long de la chaîne de production de ce document, jusqu’à sa présentation au juge de la 17e chambre il y a trois semaines.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

*

ARABIC SUPERVISED LEARNING METHOD USING N-GRAM

Majed Sanan, Paris 8 University, Paris, France;

Mahmoud Rammal, Lebanese University, Beirut, Lebanon;

Khaldoun ZREIK, Paris 8 University, Paris, France.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Achevée la lecture du premier article, ARABIC DOCUMENTS CLASSIFICATION USING N-GRAM, et lancé dans celle du second, ARABIC SUPERVISED LEARNING METHODE USING N-GRAM, le lecteur ressentira une curieuse impression de « déjà vu » ou plutôt de « déjà lu ». En effet, ces deux articles ne diffèrent que par le choix de la typographie, le titre, l’abstract et leur lieu de publication. On a ici un cas d’auto-plagiat qui permet de publier strictement le même contenu chez deux éditeurs différents pour gonfler un CV. L’originalité des trois co-auteurs est ici de se servir de purs plagiats pour faire de l’auto-plagiat. Rédiger un seul article et faire croire à des évaluateurs crédules qu’on en a écrit deux est déjà en soi un grave écart à la déontologie et à l’éthique universitaires et de la recherche, mais faire de l’auto-plagiat de ses propres plagiats relève d’une autre catégorie : l’excellence dans le plagiat, le PLAGEX. La succession dans le même ordre des plages de couleur dans les deux articles mettent en évidence la supercherie.

* * *

IINTERNET ARABIC SEARCH ENGINES STUDIES

Majed SANAN (Caen university),

Mahmoud RAMMAL (Lebanese university),

Khaldoun ZREIK (Paris 8 University)

L’article annoncé « « Arabic “KeyWord Matching” search engine limitations » a bien été l’objet d’une communication  et d’une publication sous ce titre « Internet arabic search engines studies« . Au colloque, qui s’est tenu à DAMAS en 2008, Khaldoun ZREIK présidait la session où cette communication a été présentée. Elle a été soumise pour publication et mise en ligne par le site  IEEExplore par K. ZREIK.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

LES SOURCES DE CES PLAGIATS

Certaines sources sont communes aux deux articles jumeaux et au troisième. C’est pourquoi nous avons rassemblé ci-dessous des sources plagiées pour les trois articles, associées à leur code couleur. Outre ces trois articles coloriés, nous avons communiqué au juge chacun des articles sources où les textes similaires étaient eux aussi coloriés avec le code couleur correspondant.

ABDELALI Ahmed (2006) Improving Arabic Information Retrieval Using Local Variations in Modern Standard Arabic (Phd Dissertation) Department of Computer Science, New Mexico Institute of Mining and Technology (non publiée) (1).

HARMANANI Haidar, KEIROUZ Walid et RAHEEL Saeed (2006).
A Rule-Based Extensible Stemmer for Information Retrieval with Application to Arabic. In The International Arab Journal of Information Technology, Vol. 3, N° 3, July 2006. [En ligne] site des Colleges of Computing and Information Society (CCIS)
:http://www.ccis2k.org/iajit/PDF/vol.3,no.3/12-Haidar.pdf

DUNLOP Mark D. (1994). Free Text Retrieval : The Magic Explained. Colloque LibTechInternational’ 94. [En ligne] site personnel de l’auteur : http://personal.cis.strath.ac.uk/~mdd/research/publications/libtech/

JALAM Radwan (2003). Apprentissage automatique et catégorisation de textes multilingues. Thèse (informatique) soutenue à l’Université Lumière – Lyon 2. [en ligne] site agrocampus-ouest : http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2003/jalam_r/pdf/jalam_r-TH.2.pdf

KHREISAT Laila, 2006. Arabic Text Classification Using N-Gram Frequency Statistics A Comparative Study. At the 2006 International conference in Data Mining, Part of the 2006World Congress in Computer Sciences. DMIN 2006 78-82. [En ligne] site du WCCS : http://ww1.ucmss.com/books/LFS/CSREA2006/DMI5552.pdf

NADKARNI Prakash M. Support de cours. [en ligne] site de Yale University School of Medicine http://ycmi.med.yale.edu/nadkarni/db_course/IR_Frame.htm

PENG Fuchun, 2003. Language Independent Text Learning with Statistical n-GramLanguage Models. Thèse pour le titre de « Doctor of Philosophy of Computer science ».University of Waterloo, Canada. [En ligne] site de l’Université de Waterloo : http://ai.uwaterloo.ca/~f3peng/publication/thesis.pdf

SOUCY Pascal et MINEAU Guy, 2005. Beyond TFIDF Weighting for Text Categorization inthe Vector Space Model. 19e International joint conference on Artificial intelligence, àEdinbourg, Écosse. [En ligne] site de l’IJCAI : http://www.ijcai.org/papers/0304.pdf

WIEN Charlotte (1997) The tale of the unhappy arabic books or on the retrieval effectiveness of Arabic. [en ligne] site de la Middle East Librarians Association : http://www.mela.us/MELANotes/MELANotes64/cwien.htm

XU Jinxi, FRASER Alexander, WEISCHEDEL Ralph (2002). Empirical studies in strategies for arabic retrivial. [en ligne] site de l’Université de Stuttgart : http://www.ims.uni-stuttgart.de/~fraser/pubs/fraser_sigir2002.pdf

Remarque 1. Tous ces documents sont antérieurs aux communications et publications dont K. ZREIK est co-auteur et prouvent le plagiat. Mais il n’est pas exclu que tel ou tel paragraphe de tel ou tel texte ne soit pas lui même l’original.

Remarque 2. Il reste quelques « îles » qui n’ont pas été coloriées, ainsi celle-ci qui attend sa source :

Also, the « shadda » in Arabic language represents a higher accent on the character (in other languages shadda is represented by doubling the character when writing). Then we can have two words: one with « shadda » and another the same as the first one but without « shadda »; these two words can have different signification.

(1) Ahmed ABDELALI, cité comme plagié dans l’article La bibliographie alibi… avait alors fait un commentaire assez vif sur ce blog. Notons que Compilatio n’a pas repéré ces similitudes alors que le logiciel Turnitin, très utilisé dans les universités aux États-Unis, oui.

* * *

http://twitter.com/#!/ArcheoCopCol

Subscribe to Commentaires

4 réponses to “PARIS 8, PROCÈS ET PLAGIATS”

  1. Fabrice BIN est Maître de conférences en droit public (Université de Toulouse Capitole) :

    Toute mes félicitations cher collègue pour ce résultat judiciaire obtenu par l’inanité de la demande introduite par vos adversaires.
    Même s’il n’est malheureusement pas unanime, vous avez le soutien de la communauté scientifique universitaire dans votre courageux et pertinent combat.
    F. B.

     

    Fabrice BIN

  2. Baptiste COULMONT, sociologue, est maître de conférences à l’Université Paris 8 :
    PLAGIAT UNIVERSITAIRE ET OBLIGATION DU GUILLEMET :

    http://coulmont.com/blog/2011/11/29/plagiat-universitaire/

     

    Baptiste COULMONT

  3. Isabelle BAUDRON a différentes activités, notamment traductrice et infirmière dans le secteur psychiatrique :
    Bravo pour le résultat de ce procès ! Les pratiques de plagiat au sein de l’université révélées par vos recherches discréditent les enseignants-chercheurs qui s’y prêtent. La tolérance ambiante envers de telles pratiques contredit la crédibilité des discours sur la défense des droits d’auteur.
    Que dit de tout cela la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet ?

     

    Isabelle Aubert-Baudron

  4. Yasser OMAR AMINE intervient régulièrement sur le site IP>Sharing, site de partage de savoir en propriété intellectuelle : http://www.ip-sharing.com/356-yasser-omar-amine.html :
    Cher Monsieur Darde
    Bonjour,
    Je vous envoie d’Égypte, mes salutations les plus sincères.
    Permettez-moi de me présenter. J’ai obtenu mon DES de propriété intellectuelle de la Faculté de droit de l’Université de Helwan (Le Caire) en 2010 et je suis passionné par le droit de la propriété intellectuelle.
    Permettez-moi de vous dire mon admiration pour votre très intéressant blog « Archéologie du copier-coller« .
    Je consulte avec beaucoup d’intérêt votre blog. Il m’est très utile et vos travaux sur le problème du plagiat m’ont permis d’éclaircir beaucoup de points. Les universités égyptiennes n’échappent pas non plus au phénomène du plagiat.
    A l’approche de cette fin d’année, je vous présente mes voeux les plus sincères pour la nouvelle année et un joyeux Noel.
    Je vous prie d’agréer, cher Monsieur, l’expression de mes sentiments très respectueux.
    Yasser OMAR AMINE

     

    Yasser OMAR AMINE